The social credit system, or Orwell in China. Will it soon exist in our own country?

We hear it regularly spoken about: the social credit system that has been in place in China since 2014. If you haven't paid your fines, if you've run a red light or smoked in a train, 400 million cameras that track you, supported by visual recognition programs and surveillance software nestled in your smartphone, make it possible for you to be penalized by a drop in your "credit rating." And its consequences? In 2018, 17.5 million Chinese were refused when they wanted to purchase an airline ticket, and 5.5 million were not allowed to take the fast train. Digital totalitarianism is being installed in Peking. But it seems so distant from us. It was to defy the temptation of indifference that a

Refuge cities welcoming artists in danger

Lire en Français Philippe Ollé-Laprune, former cultural advisor to the French Embassy in the Honduras, co-Founder and co-Director of the agency, Ad'Hoc for Cultural Development, and Director of the Book Office of the French Embassy in Mexico. For a year, he has been developing the ICORN network in Latin America, a network of cities offering shelter to artists in danger. Would you please explain precisely what the ICORN network is? ICORN (International Cities of Refuge Network) is an independent organization composed of cities and regions offering refuge to artists in danger. 24 cities in the world are now members of the network, created in 2005 after the dissolution of the International Parl

La notation sociale, ou Orwell en Chine. Bientôt chez nous ?

Nous entendons régulièrement parler du système de notation sociale mis en place en Chine depuis 2014. Si vous ne payez pas vos contraventions, si vous avez traversé au feu vert ou fumé dans un train, les 400 millions de caméras qui vous suivent, programmes de reconnaissance visuelle à l’appui, les logiciels de surveillance nichés dans votre smartphone, permettent de vous pénaliser en faisant baisser votre « note sociale ». Avec quelles conséquences ? En 2018, 17,5 millions de Chinois se sont vu refuser l’achat d’un billet d’avion et 5,5 millions n’ont pas pu emprunter le train à grande vitesse. Le totalitarisme numérique s’installe depuis Pékin. Mais il nous paraît si lointain. C’est contre

L’Amérique latine au secours d’artistes dissidents

Philippe Ollé-Laprune, ancien conseiller culturel à l’ambassade de France au Honduras, co-fondateur et co-directeur de l'agence Ad'Hoc pour le développement culturel, directeur du Bureau du Livre de l'Ambassade de France au Mexique, développe depuis plus d’un an le réseau ICORN en Amérique latine, un réseau de villes qui accueille des artistes en danger. Pouvez-vous expliquer ce qu’est précisément le réseau ICORN ? ICORN (International Cities of Refuge Network) est une organisation indépendante composée de villes et de régions qui offrent un refuge à des artistes en danger. Quatre-vingts villes dans le monde sont aujourd’hui membres de ce réseau. Il s’agit d’une initiative née en 2005 après

Nouvelle année, nouvelle décennie

Chers adhérents, chers amis, Nous vous adressons tous nos vœux de bonheur pour l'année qui commence. Les menaces contre la démocratie se sont multipliées en 2019, un peu partout dans le monde. Mais nous avons aussi assisté au sursaut des peuples. Et ça continue. En décembre, les maires de Budapest, Prague, Bratislava et Varsovie ont signé un pacte des cités libres pour s’émanciper de leurs gouvernements populistes. A Taïwan, la présidente Tsai Ing-Wen vient d'être massivement réélue à l'issue d'une campagne où elle a répété son opposition à tout projet de rapprochement avec la Chine continentale, puissance totalitaire en expansion. En Inde, les manifestations ne faiblissent pas contre le pro

© 2017 Tous droits réservés pour les contenus publiés, sauf mention contraire

SUIVEZ-NOUS SUR
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon