Affaire Navalny : la propagande à l’absurde

L’empoisonnement d’Alexeï Navalny met à nu, jusqu’à l’absurde, le système de propagande du Kremlin. On savait qu’il était sans limites, notamment à la télévision d’Etat, destinée à une population plutôt peu informée et globalement poutinophile. On se souvient des crucifixions d’enfant par les « fascistes » ukrainiens, des versions les plus délirantes circulant sur internet pour expliquer le crash du Boeing de la Malaysian Airlines au-dessus de l’Ukraine et abattu par des séparatistes pro-russes… Mais « l’affaire Navalny » fait monter le niveau de plusieurs crans. Tout d’abord, durant plusieurs jours après l’empoisonnement de l’opposant, c’est le silence total dans les médias d’Etat. C’est se

Belarus 2020 : poésies, espoirs, douleurs. Un film d’animation pour soutenir les Bélarusses

Sous la direction de Yulia Ruditskaya, réalisatrice de films d’animations, 50 artistes de 19 pays ont réalisé bénévolement ce très beau film que vous pouvez découvrir dans notre Gazette cette semaine. Un projet collectif qui rassemble des réalisateurs de plusieurs continents (Europe, Asie, Afrique, Amérique du Nord, Australie) afin de soutenir les Bélarusses qui se soulèvent pour des élections libres et justes. Dans une interview donnée sur le site TUT.BY, Yulia Ruditskaya explique : « j'ai proposé un concept général. Nous avons pris le drapeau historique du Bélarus indépendant comme base de composition avec ses bandes blanche et rouge. C'est la structure unificatrice du film qui a permis de

Svetlana Alexievitch. Comment elle est devenue dissidente

Svetlana Alexievitch participe au Conseil de coordination de l’opposition au pouvoir d’Alexandre Loukachenko au Bélarus après le scrutin truqué du 9 août. Elle a été convoquée, à ce titre, par la justice. On a cru à un moment qu’elle allait être arrêtée. Elle est ressortie libre après avoir refusé de répondre aux questions des enquêteurs : « je ne me sens coupable de rien », a-t-elle déclaré. Comment cette prix Nobel de littérature, autrice de « romans à voix » bouleversants sur les femmes durant la Seconde Guerre mondiale (La Guerre n’a pas un visage de femme), la guerre d’Afghanistan (Les Cercueils de zinc), Tchernobyl (La Supplication) ou la fin du communisme (Ensorcelés par la mort, La F

© 2017 Tous droits réservés pour les contenus publiés, sauf mention contraire

SUIVEZ-NOUS SUR
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon