© 2017 Tous droits réservés pour les contenus publiés, sauf mention contraire

SUIVEZ-NOUS SUR
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Intimidation : de Moscou à Paris

March 8, 2019

 

 

 

Les 14 et 15 mars Cécile Vaissié, auteure des Réseaux du Kremlin en France (Les petits matins, 2016) et son éditrice Marie-Edith Alouf devront faire face, au tribunal, à six plaintes pour diffamation. Cécile Vaissié, spécialiste de la Russie, enseigne à l’Université de Rennes. Elle a notamment publié une passionnante histoire de la dissidence soviétique, Pour votre liberté et pour la nôtre (Robert Laffont, 1999). Dans son dernier ouvrage, elle mène une enquête minutieuse sur les réseaux qui se sont constitués pour propager en France la vision poutinienne du monde — fondée sur le conservatisme, l’anti-américanisme, l’euroscepticisme, sans oublier le culte du chef et la haine du « politiquement correct ». On retrouve ces soutiens au sein de familles de pensée aussi différentes que l’extrême-droite, les conservateurs, les gaullistes, sans oublier les anti-impérialistes ou des personnes qui confondent l’amour de la Russie et celui de ses dirigeants. Cécile Vaissié décrit minutieusement la manière dont le Kremlin organise et entretient ces réseaux. 

C’est ce qui a déplu aux plaignants, cités dans l'ouvrage, qui ont décidé, pour cinq d’entre eux, de s’unir contre l’auteure et l’éditrice. Parmi eux, Djordje Kuzmanovic, ancien conseiller de Jean-Luc Mélenchon et ardent poutiniste. Leur but est de fragiliser une petite maison d’édition et d’intimider tous ceux qui oseraient étudier ces groupes de pression qui diffusent une vision révisionniste de l’offensive antidémocratique menée par le régime russe.

 

Télescopage presque incroyable : le 7 mars, le parlement russe a voté une loi condamnant à une amende ou une peine de quinze jours de détention la « diffusion d’informations portant atteinte à la dignité humaine et la moralité publique, exprimant un manque flagrant de respect pour la société, l’Etat, les symboles officiels de l’Etat russe, la Constitution ou les organes qui incarnent le pouvoir de l’Etat dans la Fédération de Russie » (voir le lien en russe : http://duma.gov.ru/news/29990/).

 

C’est une attaque coordonnée contre tous ceux qui oseraient critiquer le poutinisme. Nous apportons tout notre soutien à Cécile Vaissié et à son éditrice. Gageons qu’elles résisteront à cette tentative d’intimidation. 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles récents
Please reload

Archive
Please reload