Hong Kong, caméra au poing

« Do not Split », un court métrage documentaire sélectionné aux Oscars et censuré en Chine raconte à hauteur de citoyens l’immense mobilisation de 2019 à Hong Kong.


En 2019, Anders Hammer, journaliste et réalisateur norvégien, décide de partir à Hong Kong pour filmer l’histoire en marche. Des centaines de milliers de Hongkongais manifestent dans les rues. Ils s’opposent à une loi d’extradition facilitant le transfert de suspects vers la Chine continentale afin de les juger selon le système judiciaire de Pékin. Do not Split, qui signifie « ne nous séparons pas » reprend l’un des slogans des manifestants. En 35 minutes, mené tambour battant, le film raconte l’engagement de ces citoyens ordinaires dressés contre le pouvoir et six mois de lutte pour la liberté, de septembre 2019 à janvier 2020.

Le film s’ouvre à ce point de bascule où les protestations pacifiques se transforment en confrontations frontales et violentes avec les forces de l'ordre afin d'obtenir l'annulation de la loi. Le 4 octobre 2019, de jeunes manifestants tentent de mettre le feu à la Bank of China, à Hong Kong, après des semaines de contestations vaines. L’exaspération est à son comble. Les semaines qui suivent, l’histoire et les images s’emballent : manifestations, flashmobs, courses poursuites dans les rues avec les forces de l’ordre, passages à tabac, arrestations. La révolte contre le projet de loi ne cesse de grossir, malgré la répression. Anders Hammer donne la parole aux manifestants, simples citoyens de Hong Kong, jeunes et vieux. Mais son personnage principal est une jeune étudiante qui a décidé de braver sa peur et de s’exprimer à visage découvert. Joey Siu a suspendu ses études et son rêve de devenir enseignante pour défendre la liberté. En écho aux événements qu’elle vit en direct, elle raconte son engagement, ses espoirs et ses désillusions.

Puis en janvier 2020, le mouvement est stoppé net. La pandémie de Covid-19 met un terme aux manifestations, Hong Kong s’enfonce dans le silence et la loi est adoptée en juillet 2020. Les principaux leaders du mouvement sont arrêtés, emprisonnés, les autres quittent le pays.

Le film sélectionné aux Oscars a été interdit en Chine. Les autorités furieuses ont refusé de retransmettre la cérémonie. Depuis, il est accessible en ligne sur Viméo. Il documente ce moment de l’histoire et rend hommage à ces millions de combattants anonymes de la liberté.

A voir absolument : https://vimeo.com/504381953

Flore de Borde

Articles récents
Archive