Notre humanité

A la suite du film qu’il a réalisé en 2018 sur les réfugiés dans le monde, l’artiste et dissident chinois Ai Weiwei, vient de publier un livre de pensées, « Notre humanité » pour alerter de manière sensible sur la tragique crise migratoire que le monde traverse aujourd’hui.

Donner un visage et des mots à la plus grande crise migratoire que l’humanité ait connue, depuis la seconde guerre mondiale. Voilà l’objectif affiché de l’artiste Ai Weiwei avec son documentaire Human Flow (Les flots humains, 2018) et aujourd’hui avec son livre Notre humanité. Une bouteille à la mer afin d’alerter sur la situation de plus de 65 millions de personnes contraintes de quitter leur pays pour fuir la famine, les conflits et les changements climatiques.

« N’importe qui pourrait être réfugié. Y compris vous et moi. La crise dite des réfugiés est une crise humaine », écrit Ai Weiwei, dans l’une de ses premières pensées, au début de l’ouvrage.

Notre humanité rassemble des réflexions courtes, d’une à cinq lignes, pour aborder la question de manière sensible, montrer le besoin urgent de lien, d’amitié, de sécurité, et d’accueil de ces millions de réfugiés forcés de quitter leurs pays, leurs racines, leurs familles. L’artiste, comme il le dit lui-même dans ce livre, « interroge notre aptitude à nous imaginer à la place des gens. Si nous ne le faisons pas, je ne crois pas que l’humanité ait le moindre espoir. » Ai Weiwei, lui-même censuré, emprisonné et harcelé par les autorités chinoises et dont le père, poète, a été exilé en camps pendant plusieurs années, « sais ce que c’est d’être considéré comme un paria, un sous homme, une menace et un danger pour la société ». C’est ce vécu, le sien et celui des centaines de réfugiés qu’il est allé interroger et qui touche le lecteur.

On peut ouvrir le livre au hasard. Chaque pensée nous renvoie à ce qui nous rassemble par-delà nos différences. Et nous invite aussi à repousser les barrières, les peurs, la haine et la fermeture sur soi. Mais Ai Weiwei, artiste engagé, dénonce aussi nos lâchetés individuelles, celle de la communauté internationale et des pays qui se réfugient derrière leurs frontières. « Il n’est jamais trop tard pour agir ». Il est de notre responsabilité individuelle, là où nous sommes, chacun à son niveau, de faire « humanité » et de regarder l’autre, celui qui est différent, autrement. Il y a urgence.

Notre humanité, Ai Weiwei, 2018, éditions Intervalles 2020 pour la traduction, 113pp, 12 Euros

En savoir plus sur Ai Weiwei


Ai Weiwei est un artiste de la scène indépendante chinoise. A la fois bloggeur, sculpteur, performer, photographe, architecte, commissaire d'exposition, réalisateur, il est internationalement connu pour son art politique. Il est l’une des figures majeures de l'opposition au pouvoir et l'emblème de la liberté d'expression en Chine. Il est l’un des intellectuels chinois à avoir signé la Charte 08 (manifeste publié le 10 décembre 2008 pour promouvoir la réforme politique et comptant plus de 5000 signatures dont celle du dissident Liu Xiaobo qui en est l’initiateur et l’auteur principal) et à ouvertement critiquer la position du gouvernement chinois sur la démocratie et les droits de l'homme. Il a été arrêté par la police en 2011 et libéré sous caution 81 jours plus tard. Il est resté en liberté conditionnelle jusqu’en 2015, sans pouvoir quitter Pékin. Après avoir récupéré son passeport chinois en juillet 2015, il a quitté la Chine pour s'installer avec sa famille à Berlin, en Allemagne. Depuis 2019, il vit à Cambridge, au Royaume Uni.


Flore de Borde

Articles récents
Archive

© 2017 Tous droits réservés pour les contenus publiés, sauf mention contraire

SUIVEZ-NOUS SUR
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon