Version officielle

Médiapart et l’association « Les Nouveaux Dissidents » vous proposent de comprendre comment la première chaîne d’Etat a parlé des grandes manifestations du samedi 23 janvier dernier. Voici un extrait sous-titré du journal du soir de la première chaîne russe sur l’agent de la CIA et corrupteur de le jeunesse Navalny. C’est très instructif ! Et cela donne des signaux politiques. Comme à la grande époque, quand les Soviétiques décryptaient la Pravda pour comprendre ce qui allait leur tomber sur la tête.


« Vremia », « le temps », est le grand programme d’actualités du soir, à 21 heures, sur la première chaîne de télévision russe Pervy Kanal. Il existait déjà du temps de l’URSS et exprime la voix la plus officielle dans le paysage médiatique russe. Il reste très regardé, notamment par les personnes les plus âgées, et est régulièrement moqué par la sphère des anti-Poutine en Russie. Il se regarde aujourd’hui comme on lisait la Pravda à l’époque soviétique : entre les lignes, afin d’y déceler des signaux politiques.


Alors que le rocambolesque retour et l’arrestation à l’aéroport d’Alexeï Navalny le 17 janvier n’avaient pas été évoqué aux informations de la première chaîne, les manifestations du samedi 23 janvier, importantes et disséminées dans plus de cent villes de Russie, ont donné lieu à plusieurs reportages. Dimanche 24 janvier, cette longue séquence envoie plusieurs messages.


1/ Les réseaux sociaux, et notamment TikTok, qu’ont utilisé des centaines de milliers de très jeunes russes pour appeler à manifester, sont dans le viseur du pouvoir russe. Le Roskomnadzor, Service fédéral de supervision des communications, des technologies de l'information et des médias de masse, a d’ailleurs annoncé avoir fait supprimer 89 % des appels à manifester sur les réseaux. D’autres mesures pour limiter l’impact des réseaux sont à attendre.


2/ L’un des angles d’attaque de l’Etat pour empêcher les manifestations est celui de la protection de l’enfance. Mais en dénonçant la supposée manipulation des mineurs par l’équipe de Navalny, le pouvoir admet que les jeunes, voire les très jeunes, sont souvent exaspérés par le seul président qu’ils aient connu depuis leur naissance — Vladimir Poutine est au pouvoir depuis 2000. La première chaîne russe assume cette nouvelle guerre des générations et prend clairement le parti des « adultes ».


3/ Accuser Alexeï Navalny d’être le jouet des services de renseignement américains pour déstabiliser la Russie est un refrain déjà ancien et traditionnel de la part des médias d’Etat. Elle suggère que le pouvoir n’aura aucune indulgence pour l’opposant ni ses partisans.


4/ Dernière prévention de la chaîne d’Etat contre les manifestants : le non -respect des mesures de lutte contre le Covid-19. Les mesures officielles de la contamination risquent d’exploser. D’ailleurs plusieurs opposants ont déjà été interpellés et accusés de n’avoir pas obéi aux règles sanitaires. Les manifestations rendent malades.


A suivre…


En savoir plus : sur le site de Mediapart.


Par Michel Eltchaninoff



Articles récents
Archive

© 2017 Tous droits réservés pour les contenus publiés, sauf mention contraire

SUIVEZ-NOUS SUR
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon