Syndrome de la dictature

Romancier et écrivain internationalement reconnu après avoir écrit L’Immeuble Yacoubian, Alaa El Aswany a également contribué à des journaux d’opposition sous le régime d’Hosni Moubarak. Il est l’un des membres fondateurs de Kefaya («Assez !»), mouvement démocratique qui milite pour la tenue d’élections présidentielles libres. Il a activement participé à la révolution égyptienne.Interview avec la grande figure des lettres égyptiennes qui vient de publier Le Syndrome de la dictature (Actes Sud). Quelle est aujourd’hui votre situation ? Ma relation avec le régime n’a jamais été simple. Deux semaines après l’arrivée du dictateur, le général Al Sissi, au pouvoir, je n’ai plus eu le droit d’éc

« Le doigt d'honneur d’Eva ! »

Le célèbre tableau “Eva” de Chaïm Soutine est devenu en Bélarus ces derniers jours, le symbole de l'indignation et du ras le bol de tout un peuple face à un régime corrompu et au pouvoir sans fin de Loukachenko. Confisqué par l’Etat, il a été « retouché » sur les réseaux sociaux pour résister à l'oppression. Alors que la pandémie de covid-19 fait toujours des ravages en Bélarus dans l'indifférence du pouvoir en place, la population se prépare à une autre épreuve, celle des présidentielles d'août 2020. Dès le début de la campagne, Loukachenko a cherché à museler les candidats indépendants, soutenus par la population. Le dernier scandale en date, et qui a soulevé une forte indignation dans la

Le retour de la psychiatrie répressive en ex-URSS

En 1977, le dissident soviétique Alexandre Podrabinek fait paraître en samizdat un ouvrage sur la Médecine punitive en URSS. Le livre rassemble les informations sur l’histoire, les aspects médicaux, légaux et évidemment politiques de l’usage de la psychiatrie contre les dissidents. Il sera publié aux Etats-Unis en 1979. Avec quelques amis, le dissident crée la Commission d’enquête sur l’utilisation de la psychiatrie à des fins politiques. Il est arrêté en 1978 et est condamné à cinq années de relégation. Il est arrêté à nouveau en 1980, et est condamné à 3 ans et demi en colonie pénitentiaire. Devenu journaliste dans les années 1980, il est l’un des plus actifs « dissidents historiques » en

« Création de Mémorial-France »

Mémorial-France, filiale de l'ONG de défense des droits de l'Homme Mémorial-International basée à Moscou et fondée en 1991 par Andréï Sakharov et d'anciens dissidents, a vu le jour fin mai. Pilier de la société civile russe l'ONG Mémorial-International a recueilli en trente ans des millions de documents et témoignages sur les crimes commis en URSS et défendu des milliers de victimes de l’arbitraire. Elle est à la fois garante de la mémoire de la répression politique et se bat parallèlement pour dénoncer les violations actuelles des droits de l'Homme en Russie. Elle en paye aujourd’hui le prix fort et figure désormais sur la liste des « agents étrangers », en vertu d’une loi votée le 21 juill

© 2017 Tous droits réservés pour les contenus publiés, sauf mention contraire

SUIVEZ-NOUS SUR
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon