© 2017 Tous droits réservés pour les contenus publiés, sauf mention contraire

SUIVEZ-NOUS SUR
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Que notre président ne lâche pas Sentsov, par Emmanuel Carrère

July 14, 2018

 

 

« Beaucoup de préjugés au sujet de la Russie se sont révélés faux », a déclaré Vladimir Poutine dans un entretien télévisé avec Gianni Infantino, le président de la FIFA. Il voulait dire par là que les étrangers venus assister à la Coupe du Monde ont découvert un pays hospitalier. Pourrait-on étendre cette heureuse surprise ? Les visiteurs pourraient-ils découvrir aussi un pays respectueux des Droits de l’Homme ? Un Etat de droit ? 

 

Gianni Infantino, à supposer qu’il en ait été informé, n’a certainement pas attiré l’attention du Président russe sur le sort d’Oleg Sentsov. Il ne lui a pas soumis l’épais dossier d’articles, de suppliques et de pétitions que nous signons - je dis « nous » : le PEN Club, Amnesty International, les Pussy Riots, les Nouveaux Dissidents, la mère de Sentsov, le secrétaire général du Conseil de l’Europe, vous et moi... - avec une conviction sans illusions. Car nous le savons bien, que notre mobilisation croissante à mesure que Sentsov s’approche de la mort, c’est moins qu’une piqûre de moustique sur le cuir d’éléphant de l’Etat russe. Nous le savons bien, qu’il est naïf d’espérer que la liesse sportive puisse profiter à un prisonnier politique dans un pays où on emprisonne arbitrairement et extorque sous la torture témoignages et aveux - comme tant d’affaires le prouvent, et pas seulement celle de Sentsov. 

 

Alors que faire ? A quelle porte frapper ? A quel saint se vouer ? A qui les adresser, nos pétitions ? 

 

Notre Président, Emmanuel Macron, a eu le courage de demander la grâce de Sentsov la dernière fois qu’il a rencontré son homologue russe, à Saint-Petersbourg. En vain, mais il devrait le refaire demain, jour de la finale. Que faire, sinon être derrière lui ? Lui redire ce qu’on lui a dit et qu’il a visiblement compris : qu’il ne peut sans doute pas grand-chose, mais que ce pas grand-chose d’Etat pèse un peu plus lourd, malgré tout, qu’une intelligentsia internationale sur laquelle la Russie se fait gloire de s’asseoir. Nous aimerions que la France gagne demain. Nous aimerions au moins autant que notre Président ne lâche pas Sentsov. Je me joins donc à tous ceux qui placent leur dernier espoir dans l’autorité et la diplomatie d’Emmanuel Macron.

 

Emmanuel Carrère

 

Crédits photo: Dmitry Rozhkov — Travail personnel, CC BY-SA 3.0 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles récents
Please reload

Archive
Please reload