Quand les Ukrainiens filment la guerre


Le collectif de cinéma #BABYLON’13 filme en Ukraine les civils emportés par la guerre. Chaque semaine, il diffuse ses reportages sur sa chaîne Youtube, documentant ainsi l’histoire en direct.

Tournées dans le feu de l'action ou bien montées à partir des vidéos prises par les habitants, les images se placent à « hauteur de civils ». Elles racontent la mobilisation des volontaires, l’entrée des troupes russes dans les villes ukrainiennes, les immenses files de voitures tentant de fuir à l’Ouest, les hommes qui se préparent à défendre Kiev, le face à face avec l’armée russe, les milliers de réfugiés arrivant à Lviv, la prise de Marioupol, ou encore l’engagement dans l’armée ukrainienne d’Oleg Senstov, cinéaste ancien prisonnier politique en Russie, Prix Sakharov 2018. Elles chroniquent au quotidien ces vies qui, en quelques heures, ont basculé dans la guerre, le chaos, la violence et la résistance.

L’histoire du collectif commence en 2013. A Kiev, réalisateurs, preneurs de sons, chefs opérateurs, réalisateurs confirmés ou jeunes étudiants se mobilisent pour filmer la révolution de Maïdan et l’engagement de citoyens ordinaires dressés contre le pouvoir. #BABYLON’13, naît officiellement le 2 décembre 2013, prenant pour nom celui du café -Babylon- dans lequel il a l’habitude de se retrouver. Témoins engagés, ses membres essayent toutefois de ne pas imposer leur point de vue : ils filment les événements le plus sobrement possible, généralement en format court, sans commentaire. L’idée est de montrer comment les gens vivent et traversent ce qui leur arrive, quelles sont leurs motivations, pourquoi ils résistent, pourquoi ils se battent. Deux ans après sa création, #BABYLON’13 comptait à son actif plus de 200 courts métrages diffusés sur Internet, plus de 1 000 heures d'images sur la révolution ukrainienne, 9 120 135 pages vues sur Youtube et Vimeo, 70 000 « followers » sur les réseaux sociaux, dix moyens et longs métrages diffusés à la télévision ou dans des festivals tant en Ukraine qu'à l'étranger.

Aujourd’hui, le collectif est à nouveau au cœur des combats et du conflit. Il documente la guerre au jour le jour. Les vidéos sont en ukrainien, en russe, en anglais. Au-delà de la mission initiale, à savoir raconter l'histoire en marche, les films de #BABYLON13 cherchent aussi à redéfinir le sentiment d'appartenance à la nation ukrainienne. Le combat et les valeurs portées ont ainsi valeur d'exemple et de résistance face à l'invasion russe.


Flore de Borde

La chaîne Youtube de #BABYLON’13

https://www.youtube.com/user/babylon13ua

Articles récents
Archive