© 2017 Tous droits réservés pour les contenus publiés, sauf mention contraire

SUIVEZ-NOUS SUR
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

De partout sur la terre monte une clameur...

July 3, 2018

 

 

OLEG SENTSOV !

 

Release Oleg Sentsov, libérez Sentsov, 

De partout sur la terre monte une clameur, 

 Release Oleg Sentsov, libérez Oleg Sentsov. 

 

Une clameur j’exagère. La clameur que l’on entend, c’est plutôt celle des supporters venus du monde entier soutenir leurs équipes nationales sous le soleil de Kazan, sur les pelouses de Moscou.

 Mais si, c’est une clameur, quand même. Un petit torrent de voix indignées.  Les voix d’écrivains qui savent le prix de la liberté d’expression, et les dangers que courent les créateurs partout et en particulier au pays de Vladimir Poutine. Les voix des collègues cinéastes d’Oleg Sentsov, les voix des représentants d’Amnesty International, mais aussi celles de J.M. Coetzee, de Margaret Atwood, de Herta Muller et de Salman Rushdie, de Wim Wenders et de Patti Smith, d’Art Spielgelman et de Alexander Sokhourov, de Stephen King, de Agneszka Holland, de Jay McInerney, et de Ken Loach, de tant d’autres, de tant d’autres.

Un cinéaste se meurt, disent-ils. Release Oleg Sentsov. Libérez Oleg Sentsov.

Des voix peuvent elles empêcher un crime ? 

En France, je lis  Christiane Taubira, Marie Darrieussecq , Philippe Claudel  : Leurs mots me font trembler. Un jeune cinéaste ukrainien est en danger de mort. Une grève de la faim devient une menace pour la vie après quarante jours. Le corps alors s’épuise. Le jeune homme vient de franchir les cinquante jours. 

Philippe Claudel se souvient de la mort de Bobby Sands dans les geôles de Margaret Thatcher. Nous l’avons laissé mourir. 

Tandis que les flons-flons se déchainent, et que le peuple s’amuse, un homme se meurt.

Un homme extraordinaire, dont je voudrais ici répéter les mots.  

Face aux juges qui l’accusaient d’avoir fomenté un attentat contre la statue de Lénine à Simféropol, au moment du verdict qui l’accablait, vingt ans de prison en Sibérie, dans un quartier de haute sécurité, il a pris la parole.

C’était le 20 Août 2015. Il a cité Boulgakov. La lâcheté, -il a dit couardise, cowardice en anglais- est le pire des crimes de l’être humain. Il faut apprendre à ne pas avoir peur. 

Il a félicité le Kremlin et ses troubadours pour leur si bonne propagande et plaint les hommes qui ont témoigné contre lui par peur et sous la torture.

Le calme, la lumière qui émanaient de cet homme armé uniquement de ses mots et de son intelligence, de son courage et de sa fierté sont inoubliables.

Oleg Sentsov, ce jeune cinéaste de quarante et un ans dont le destin a pris un tour tragique à la suite des évènements de Maïdan, à la suite de ce mouvement pour la liberté et contre la corruption qui a secoué l’Ukraine et l’a menée à affronter la Russie, sait ce que signifie la lutte d’un individu contre la machine d’Etat, contre la raison d’Etat, contre le nouveau tsar.

La lâcheté est le pire des crimes.

Libérez Oleg Sentsov, release Oleg Sentsov.

Que de partout monte la clameur, mille fois amplifiée, cent mille fois répétée, que ce nom soit sur toutes les lèvres. Le silence est le pire des crimes.

 

Geneviève Brisac

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles récents
Please reload

Archive
Please reload