© 2017 Tous droits réservés pour les contenus publiés, sauf mention contraire

SUIVEZ-NOUS SUR
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon

Lettre à Oleg Sentsov

July 11, 2018

 

Barcelone, le 10 juillet 2018
 

Très cher Oleg Gennadiovytch,

 

     Vous devez vous sentir bien seul, dans cette colonie de Labytnangi, si loin de l’Ukraine et de vos proches. Je vous écris – sans savoir si cette lettre pourra jamais vous parvenir – pour vous dire qu’en esprit vous ne l’êtes pas : que nous sommes nombreux, dans le monde entier, écrivains, cinéastes, journalistes, militants, simples citoyens, à penser à vous, à vous soutenir, et à souhaiter de tout cœur votre prochaine libération.
 

     Le geste que vous avez entamé, la grève de la faim, est une des protestations
les plus violentes qui soient. Elle est pleinement justifiée par l’atroce injustice qui vous a été faite, à vous et à vos compagnons pour lesquels vous militez aussi. Le
pouvoir russe, si brutal, qui vous a torturé et jugé de manière si inique, ne comprend qu’une chose, le rapport de force ; cela, vous aussi l’avez parfaitement compris, et c’est pour moi le sens de votre geste, modifier le rapport de force, en instaurer un nouveau. Avec la mobilisation en votre faveur de tant de gens, de tant de politiciens aussi, c’est devenu possible. Poutine, tout à la gloire de sa Coupe du Monde achetée si cher, ne voudra pas voir ce moment terni par vous, par votre protestation qui fait tant de bruit, par votre mort peut-être.


     Car la mort est le risque que vous courez, les yeux ouverts, et vous le savez. Pour cela, nous vous admirons, comme en son temps nous avons admiré Nelson
Mandela, ou Bobby Sands et ses camarades. Dans la lutte entre le régime d’apartheid et Mandela, c’est Mandela, finalement, qui a gagné ; Sands, lui, a succombé : mais la mémoire de celle qui l’a laissé mourir est flétrie à jamais, et sa mort aura servi la cause pour laquelle il luttait, lucide, déterminé. Comme vous.

 

     Cinquante jours, c’est long. Tous, nous espérons que votre cauchemar prendra fin, que le régime qui vous tient emprisonné si arbitrairement reculera. Ce que je peux vous dire, en attendant, c’est que votre combat a un sens, bien au-delà du Cercle arctique, ou même de Moscou où tant de touristes naïfs, venus pour le football et la bière, ne savent même pas que vous existez, alors que c’est pour eux aussi que vous luttez. Nous, nous savons, et de la faible manière que nous pouvons, nous sommes à vos côtés.


Avec respect, et fraternité,

 

Jonathan Littell

 


 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Articles récents
Please reload

Archive
Please reload